Club numismatique de Couvin

16 septembre à Frasnes lez Couvin : commémoration des massacres de civils français en septembre 1914. | 25 août 2015

Commémoration des civils français massacrés à Frasnes-lez-Couvin en septembre 1914.

Chaque année le comité local organise une cérémonie d’hommage où la commune de Couvin, les Associatons patriotiques mais aussi les parents des victimes viennent se souvenir du massacre   de ces innocentes victimes de la Barbarie teutonne.

Nous n’oublions pas !

Massacre de trente-quatre civils français à Frasnes.

Après le passage des troupes allemandes en août 1914

Après le passage des troupes allemandes en août 1914

La défaite subie par les Allemands sur la Marne dans les premiers jours de septembre 1914 eut son épilogue à Frasnes le 16 septembre.

Dès l’instant où les troupes de la IIIe armée, arrivées au delà de la Marne, dans la région de Montmirail, durent reculer, elles s’emparèrent — selon la méthode de guerre qui leur est coutumière — d’un groupe de 38 civils, dont elles en amenèrent à Frasnes trente-quatre, qu’elles y fusillèrent. Aucun de ces hommes n’avait été ni interrogé, ni jugé. Toujours les mêmes accusations : « ils avaient fait des signaux, coupé les doigts aux blessés, dévalisé des cadavres, etc. » Par un surcroît de sauvagerie, les exécuteurs interdirent de faire l’identification des cadavres. Malgré de laborieuses recherches, nous n’avons pu dresser qu’une liste incertaine et incom­plète de ces malheureuses victimes, et le rapport ci-dessous, bien qu’il ne contienne que des données vérifiées, dont nous mentionnons l’origine, est loin de faire la pleine lumière sur cet horrible drame.

« Le 16 septembre 1914, à 11 heures — a raconté Mlle la comtesse de Villermont, au château de Saint-Roch, à Couvin — les soldats cantonnés à Saint-Roch se précipitèrent, affairés, vers la grand’route, et j’aperçus par la fenêtre, au travers des arbres, une escorte militaire encadrant des civils. Mon domestique me dit que c’était « un détrousseur de cadavres » qu’on allait fusiller plus loin. Emue de la chose, j’en parlai au comte Wilding de Koenigsbrück, grand’maître de la Cour du Roi de Saxe et chef de la Croix-Rouge, logé à Saint Roch : il répondit « que je n’avais pas à m’intéresser à ces individus — il y en avait donc plusieurs —, misérables apaches, honte de l’humanité, pris à dépouiller les cadavres, dont les poches étaient pleines de doigts coupés !» Deux heures après, le baron Philippe von Feilitzsch-Keigersgrün, officier de la Croix-Rouge, entra au château, excité et jubilant. « Schrecklich! » répétait-il avec de grands gestes; je compris qu’il avait dû commander le feu qui avait mis fin aux jours de ces malheureux.» Toute consternée, j’allai me renseigner à Couvin et j’appris que, derrière un convoi de prisonniers français, se trouvaient 34 civils français, parmi lesquels des vieillards de 70 ans et des jeunes gens de 16 ans, venant par étapes de Montmirail, localité située au delà de la Marne à l’est de Paris, Meaux et Châlons-sur-Marne, au sud de Château-Thierry et de Reims. Cette localité marque l’extrême pointe de l’avance allemande avant la défaite de la Marne.

Ces pauvres gens étaient arrivés le matin à Couvin, exténués, les habits en loques, beaucoup pieds nus. Un grand vieillard à tête blanche, dont la taille dépassait celle des autres, avait les yeux hagards et paraissait fou de terreur.

On leur marqua sur le dos une grande croix à la craie blanche, comme à des victimes prêtes à être immolées et, après un arrêt d’une demi-heure devant la Place Verte, on les dirigea vers Frasnes.

« Ils y furent alignés au pied de la « Carrière du Lion » et fusillés ».

  1. Jamme, commissaire de police de Couvin, songea à recueillir les papiers de ces malheureux, afin de les identifier. Il était au quatrième cadavre quand les bourreaux lui ordonnèrent de cesser. Il n’avait — est-il besoin de le dire — trouvé sur eux ni aucun instrument d’apache, ni aucun doigt coupé.

Le lendemain, l’affiche suivante fut apposée sur les murs de Couvin : elle relatait un jugement fictif, qui n’avait pas été rendu ; la date du 16 avait été biffée au crayon et remplacée par le chiffre 17.

PROCLAMATION

La cour martiale a condamné à mort 34 Français.

Ils avaient commis des crimes différents.

Les uns avaient essayé d’espionner les positions des troupes allemandes pour les trahir aux commandants français.

D’autres avaient tenté d’enflammer un hôpital dans lequel se trouvaient des blessés allemands. Le reste avait pillé des soldats tombés sur le champ de bataille.

L’exécution a eu lieu.

Couvin, le 17 septembre 1914   Le commandant d’étape, (S) LACROIX.

Le 17 à 15h30, le commandant Lacroix pria M. Mauer, de Couvin, qui servait d’interprète à l’hôtel de ville, de signifier à la commune l’ordre de fournir 12 bêches pour creuser la fosse. Comme M. Mauer demandait d’où venaient les morts, le commandant répondit « qu’il les avait fait fusiller, parce qu’ils détroussaient les cadavres de leurs soldats ».

On serait resté sans détails sur l’identité des victimes et sur leur odyssée si l’on n’avait appris, après l’armistice, qu’il existait un survivant, Alfred-Paulin Chevalier, âgé de 63 ans, instituteur retraité, demeurant à Etrechy, par Vertus, Marne.

Interrogé, il a pu fournir de précis et intéressants renseignements.

C’est le 6 septembre 1914 que les Allemands installèrent à Etrechy un parc d’artillerie et pillèrent le village. M. Chevalier fut arrêté le 6 septembre au matin, sur dénonciation d’un espion allemand, et accusé « d’avoir tinté trois fois la cloche pour avertir l’artillerie française », ou encore « d’avoir donné aux enfants la haine des Allemands », accusations fantaisistes et qui ne reposaient sur aucune preuve. Après avoir été lié pendant deux heures à un rouleau, il comparut devant le commandant du parc d’artillerie établi à Givry,lez-Loisy, puis il fut ramené à Etrechy, et joint à un convoi de prisonniers militaires. Avec lui se trouvaient trois autres civils, un nommé Hugo, de Brugny, M. Vincent d’Olizy, de Violaine (Marne), et un troisième d’Avesnes (Nord).

Ils restèrent à Etrechy jusqu’au 9 septembre au soir, enfermés dans une grange où ils reçurent des coups de bâton. Hugo avait été parqué, seul, dans un infect trou à porcs, et chaque fois qu’il montrait la tête ou les mains pour regarder hors de son taudis ou pour respirer, il était frappé, à tel point que sa tête et ses mains ne formaient vraiment plus qu’une plaie, et que, avant le départ, il dut recevoir un pansement dans une ambulance.

C’est le 9 septembre que la débâcle allemande s’esquissa : on se mit en route et on logea à Soulières. Le 10, la marche par étapes forcées commença. Après une journée d’avance sous un soleil de plomb et sans nourriture, on arriva à Germaine (Marne), où la nuit se passa dans un hangar. Le 11 au matin, le convoi prit la direction de Reims, où le groupe des quatre premiers prisonniers s’accrut d’autres civils, des cultivateurs, venant de Montmirail et environs : il y en avait onze de Corfélix, il y en avait cinq du Recoude (mairie de Le-Gault-La-Forêt) ; il y en avait deux de Carrobert, un de Perthuis ; il y en avait de Margny et autres pays. Ils étaient faussement accusés d’ « avoir coupé les fils des téléphones, d’avoir renseigné les avions, d’avoir tiré sur l’ennemi» ; d’autres avaient été requis de conduire des blessés et, à un moment donné, on les avait joints au groupe des prisonniers. Parmi eux, deux septuagénaires, des hommes de quarante ans, des jeunes gens de vingt; en particulier un enfant de 14 ans, Robert Martin, son père Jules Martin, 42 ans, son grand-père Louis Martin, 70 ans, de Corfélix.

Mme veuve Jules Martin a pu nous donner les détails suivants sur l’arrestation des siens. « C’est le 5 septembre à 8 heures du matin que les Allemands sont arrivés à Corfélix. Après trois jours de combat à travers la plaine, ils ont été obligés de reculer. Honteux de leur défaite, ils ont cherché des moyens barbares pour se venger et c’est à Corfélix qu’ils commencèrent. Emmenés une première fois hors de la cave de notre maison, nous pûmes y rentrer à la fin de la journée, poussés par la faim, et nous étions occupés à préparer un repas quand des soldats obligèrent nos hommes à les suivre. Ils emmenèrent même mon fils Robert, âgé de 14 ans ; seul échappa un de ses oncles qui s’était mis au lit et passa pour malade. « On les enfermait, nous déclara un Alsacien, pour la nuit seulement, parce qu’on craignait qu’ils fissent des signaux aux Français. » Le lendemain, au lieu de les libérer, les troupes les emmenèrent, au nombre de douze. Un peu plus loin, l’un d’eux, Paul Louis Numance JACQUET, domestique à Corfélix, âgé de 36 ans, qui ne pouvait plus marcher, fut fusillé.

C’était le 8 septembre.

La première étape les mena à Lacaure, la seconde à Epernay, la troisième à Reims, où le groupe complet fut constitué. »

Au départ de Reims, sous une pluie battante, le cortège, comprenant un millier de militaires et 38 civils, gagna La Neuvillette, où il fut entassé pour la nuit dans une grange.

Le 12, longue étape jusqu’à Bazincourt, où deux civils purent s’échapper; il en restait trente-six, le 13 à Rethel, le 14 à Attigny, le 15 à Rocroy, où il fut question d’une exécution, mais leurs gardiens dirent « qu’ils n’avaient pas trouvé un endroit convenable».

Tout ce voyage avait été un long martyre. Ces malheureux étaient frappés au moindre signe de fatigue. Ils devaient souvent porter les havresacs de leurs gardiens. Dans les villages, les Allemands s’échelonnaient le long des rues et se les renvoyaient de l’un à l’autre à coups de pied et de poing. Une seule parole revenait sur leurs lèvres : «  ils allaient être fusillés ». Ces centaines de kilomètres furent parcourus sous une chaleur torride et dans la poussière, sans pour ainsi dire recevoir ni à boire, ni à manger. On avalait des pommes de terre, des betteraves ou des carottes trouvées le long des routes, des croûtes de pain moisi ramassées dans les fossés. Le 16, quand fut passée la frontière belge, un vieillard exténué s’affaissa sur la route et fut tué de deux coups de feu, puis enfoui au bord du chemin.

A Couvin, dans une prairie, un officier allemand vint demander qui étaient ces gens : « Des francs-tireurs, des espions, des dévaliseurs de cadavres ! »  lui fut-il répondu ; il prit sa cravache et se mit à les frapper. Alors les 35 civils furent séparés des soldats. M. Chevalier, grâce à un dolman de pompier que lui avait passé un sous-officier français, avait été rangé parmi les militaires et y resta. Les Allemands remarquèrent bientôt qu’il manquait un prisonnier, et vinrent faire une enquête à Mariembourg, parmi le groupe des militaires, mais leurs recherches furent vaines : M. Chevalier s’était fait inscrire comme G. V. C. et avait pris un faux nom (Hadot), qu’il conserva pendant de longs mois, jusqu’à ce qu’il put quitter le camp des prisonniers d’Allen-Grabow en Allemagne et gagner la Suisse, puis la France. C’est le 16 février 1916 qu’il rentra à Vertus.

Tous les 34 autres furent fusillés : aucun d’eux n’avait eu à répondre, devant des juges, d’une accusation quelconque.

Ce n’est que fin juillet 1920 que les cadavres ont été exhumés, par une équipe de soldats français, et transférés au cimetière de Frasnes.

D’autre part, les renseignements fournis par M. Alfred-Paulin Chevalier et par Mme veuve Jules Martin ont permis de dresser des victimes la liste provisoire suivante :

  1. ADAM, Alfred-Désiré, 60 ans, cantonnier, à Corfélix.
  2. DESPÉZELLE, Théodore-Edouard, 54 ans, journalier, à Corfélix.
  3. HÉBERT, Auguste-Gustave~Ernest, 67 ans, garde-champêtre, à Corfélix.
  4. HENRIET, Louis-Elie-Théophile, 65 ans, sans profession, à Corfélix.
  5. MARTIN, Louis-François-Gustave, 71 ans, rentier, à Corfélix.
  6. MARTIN, Jules-Auguste, fils du précédent, 42 ans, cultivateur, à Corfélix.
  7. MARTIN, Robert-Jules, fils du précédent, 14 ans, à Corfélix.
  8. PHILIPPON, Léon-Gaston, 32 ans, poseur à la Cie des C. B. R., à Corfélix.
  9. RENÉ, Auguste-Alexandre, 69 ans, journalier, à Corfélix.
  10. TRUFFAUT, Louis-Paul, 65 ans, manouvrier, à Corfélix.
  11. TRUFFAUT, Georges-Emile, 39 ans, cultivateur, à Corfélix.
  12. CAMUS, Lucien-Achille, 19 ans, ouvrier agricole à Désiré, habitant au Recoude, mairie de Le-Gault-La-Forêt.
  13. CAMUS, Henri-Octave, 17 ans, ouvrier agricole à Désiré, habitant au Recoude, mairie de Le-Gault-La-Forêt.
  14. GARNIER, Louis, 60 ans, journalier au Recoude.
  15. PRIEUR, Narcisse-Barthélémy, 55 ans, cultivateur au Recoude.
  16. SAVRY, Jules-Louis-Alexandre, 58 ans, manouvrier au Recoude.
  17. BEDEL, Alexandre-Omer, 48 ans, cultivateur à Carrobert, de passage au Recoude.
  18. BEDEL, Pierre, 16 ans, ouvrier agricole à Carrobert, de passage au Recoude.
  19. BROCHOT, Marie-François, 70 ans, manouvrier à Perthuis, parti de Tréfols le 7 septembre.
  20. LEFÈVE , Emile, 50 ans, de Talut-Saint-Prix.
  21. COURGIBET, Alexandre, 70 ans, de Fromentières.
  22. D’OLIZY, Vincent, de Violaine.
  23. HUGO, de Brugny.
  24. LABARRE, …, d’Etrechy.
  25. …, d’Avesnes.
Publicités

Laisser un commentaire »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

    Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

    Rejoignez 14 autres abonnés

    calendrier des réunions

    août 2015
    L M M J V S D
    « Fév   Sep »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  

    vous cherchez ….

%d blogueurs aiment cette page :